Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans cet article, je vais traiter du Japon. Entre pessimisme et optimise des différents analystes, je vous propose ici mon analyse du cas japonais, ainsi qu'une petite aide en fin d'article que vous pourrez consulter pour vous aider dans votre lecture si vous débutez en économie.

Plongé depuis une quinzaine d'année dans une véritable spirale déflationniste qui mine l'investissement et les salaires, ainsi qu'une dette atteignant 250% du PIB, le Japon, 3ème économie mondiale, à pour la première fois en 4 ans omis l'utilisation du terme "déflation" dans le rapport mensuel publié par le gouvernement.

Hausse des prix de l'immobilier de 30% en 2013, ainsi qu’un gain de 50% pour l'indice Nikkei 225 (équivalent du CAC 40, ayant pour rôle de refléter les principales industries du pays). La BoJ (Bank of Japan) évoque même un retour de l'inflation à 2% d'ici deux ans.

Comment cela est-il possible, alors que le pays était empêtré dans une déflation qui minait l'économie de la 3ème économie mondiale depuis plus de 15 ans ?

 

Shinzo Abe, et sa fameuse politique accommodante: Abeonomics

Qu'est-ce que l'Abeonomics ?

C'est le nom donné aux différentes mesures que le premier Ministre japonais Shinzo Abe, ayant pris ses fonctions le 26 Décembre 2012, a donné à sa politique de redressement de l'économie nippone. 

 

Comment est-elle articulée ?

Cette politique est composée de "3 flèches". (3 lignes directrices).

La première flèche consiste en une politique d'assouplissement monétaire soutenue par la BoJ (Bank of Japan) consistant à acheter massivement des bons du trésor, afin de procéder à une injection massive de liquidité dans l'économie, et ainsi relancer le processus inflationniste. (Explication au bas de l'article de l'intérêt d'acheter des bons du trésor, et comment cela profite à l'économie réelle).

La seconde flèche consiste en une hausse des dépenses publiques, avec une injection massive de liquidité dans les services publics, et notamment une augmentation des dépenses sociales

- La troisième flèche consiste en une série de réformes structurelles visant à augmenter l'investissement des entreprises. Cette dernière est toujours attendue, et vaut à Shinzo Abe une décote de 10 points de sa popularité, tombant pour la première fois en dessous des 50%.

 

Le Japon hanté par ses vieux démons :

Malgré tous ces efforts, le Japon est confronté à d'autres problèmes, qui pourraient enrayer les récents signes d'amélioration de son économie.

Une augmentation de l'équivalent de la TVA passant de 5 à 8% est à l'origine des bons résultats de la croissance entre Novembre et Décembre, et cette dernière pourrait affecter sérieusement l'économie pour l'année à venir avec une consommation plus poussive.

Une démographie en chute libre : On estime qu'une naissance à lieu toute les 31 secondes, mais qu'un décès survient toute les 25 secondes au Japon. C'est ainsi qu'en 2013, le Japon enregistre une perte de sa population s'élevant à 244 000 habitants.

La faiblesse du yen profite aux entreprises et investisseurs étrangers, mais ne profite pas aux japonais qui voient leurs salaires réels baisser en 2013.

Pénurie de main d’œuvre : On estime que dans les années à venir, le Japon sera en manque de main d'œuvre. Le premier ministre Shinzo Abe, ade ce fait déclaré être partie prenante d’une politique favorable à l'immigration afin de parer à ce problème. Si vous cherchez donc du travail dans les années à venir, c'est vers le Japon qu'il faut se tourner !

 

Que devons-nous surveiller en 2014 ?

En conclusion, je pense que le Japon bénéficie d’un regain d’intérêts de certains investisseurs ayant confiance en la politique de monsieur Abe, et profitent de la faiblesse du yen pour investir à bon prix au pays du soleil levant.

Mais il ne faut pas oublier que c’est grâce à la facture énergétique, et à une consommation plus élevée qu’à l’habitude en raison d’une anticipation de la hausse de l’équivalent de la TVA de la part du consommateur japonais que s’est joué une grande partie des bons chiffres fièrement arboré par Tokyo.

De plus, les salaires réels continuent de baisser, et l’on cherche à tout prix des relais de croissance fiables et durables.

En 2014, il faudra tout d’abord valider le cap de l’augmentation de la TVA, et le fait que cette dernière se déroule sans réaction excessive des consommateurs, entrainant alors une récession. Il faudra ensuite valider la fameuse 3ème flèche de Shinzo Abe, et vérifier ainsi que son impact sur la capacité d’investissement des entreprises nipponnes soit efficace et vienne soutenir l’économie japonaise.

 

J’espère que cet article vous aura plu; et serai ravi d’échanger avec vous comme d’habitude. Vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre et m’écrire, et vous en remercie.

Contact : sylvain.loganadin@gmail.com

Twitter : @Sylvain_Fx

LinkedIn: Sylvain Loganadin

 

Précision pour les débutants en économie:

 

Acheter des bons du trésor, reviens à acheter de la dette d'état. La banque centrale du pays va donc créer de l'argent sur un compte, et acheter de la dette qui est négociée sur les marchés financiers par les brokers (intermédiaire) que sont les banques avec des investisseurs. 

L'argent ainsi crée va servir aux investisseurs, entreprises et sera injecté dans l'économie en général, car grâce à l'argent récupéré par la vente d'obligation, les investisseurs injecteront leurs argents dans l'économie réelle.

Ex: L'investisseur X ira acheter une BMW, donc BMW bénéficiera de l'argent créé par la banque centrale, et pourra ainsi payer ses employés, en embaucher de nouveaux, investir dans de nouvelles machines, lancer de nouveaux produits ....

 Une fois que la maturité du bond est atteinte, l'argent récupéré par la BoJ est détruit, pour enrayer une spirale inflationniste trop importante.

 

Déflation : La déflation est en fait une baisse des prix à la consommation. Au premier abord, elle semble favorable au consommateur, mais une baisse des prix entraine une baisse des revenus des entreprises, donc moins d'embauches, donc plus de chômage, ainsi qu'une baisse des salaires, et donc un pouvoir d'achat qui diminue pour l'employé qui est aussi le consommateur. C'est donc un cercle vicieux que tous les pays redoutent.

@Sylvain_Fx

Analyse: Le divorce est il entamé entre le Japon et la déflation ?
Tag(s) : #Analyse

Partager cet article

Repost 0