Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Comme nous l´avons vu dans le dernier article, la France éprouve des difficultés à faire face à son endettement ainsi qu´ à retrouver une croissance économique significative. Dans cet article, nous aborderons les différentes solutions proposées par le gouvernement pour relancer la machine en 2014.

 

Le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE).

Le crédit d'impôt compétitivité emploi lancé en 2013 est censé alléger fiscalement les entreprises à hauteur de 4% des rémunérations versées à leurs salariés, inférieure à 2.5 fois le SMIC. Cela signifie qu'une entreprise X, paierai en 2013 4% d'impôts en moins à l'état sur la partie imputable aux rémunérations des salariés.

Le but du CICE, est de favoriser l'embauche en diminuant la pression fiscale exercée sur les entreprises et de faire baisser le coût du travail et ainsi regagner en compétitivité.

Pour 2014, ce taux sera relevé à 6% et permettra de réduire le coût du travail d'environ 10 Milliards d'euros.

Le pacte de responsabilité, un pacte censé relancer la France.

Dans la semaine du 27 Janvier, le gouvernement recevra tour à tour, partenaires sociaux (représentant des travailleurs) ainsi que patronat français afin de fixer les termes du pacte de responsabilité annoncé par monsieur Hollande lors de la conférence de presse du 21 Janvier.

Ce pacte a un objectif simple: Alléger les charges des entreprises à hauteur de 30 milliards d'euros en supprimant la cotisation familiale payée par ces dernières d'ici 2017.

Une question se pose alors, "Qui va payer pour ces 30 Milliards en moins dans les caisses de l'état ?"

François Hollande à annoncé que le contribuable ne paierait pas la note, et que c'est l'état qui réalisera des économies et rééquilibrera ainsi la balance.

Le gouvernement exige en contrepartie une embauche plus soutenue ainsi qu'un travail sur l'offre plus élaboré afin de relancer la demande intérieure.

Les entreprises doivent jouer le jeu et c´est durant cette semaine que le gouvernement acceuillera les grands patrons francais pour discuter d´une reprise de l´embauche quantifié.

La France est un pays qui base son économie sur la demande intérieure (consommation), or celle-ci est en berne. Le gouvernement propose donc d'élargir et de créer de nouvelles offres (produits, services, etc..) afin de stimuler la demande et relancer l'économie.

Exemple: L'entreprise A vend des téléphones depuis 20 ans avec les mêmes caractéristiques fondamentales au consommateur B. Le consommateur B, qui a subit la crise et qui a moins d'argent sur son compte, trouve qu'il est plus raisonnable d'épargner que d'acheter un produit qu'il a déjà.

L'entreprise A, suite au discours de M. Hollande, décide de renouveler son offre, et propose désormais des téléphones permettant de se téléporter. Face à une offre nouvelle, le consommateur B voit sa curiosité et son intérêt porté sur le nouvel objet. Il va donc casser sa tirelire et aller acheter son nouveau produit, et ainsi contribuer au renouveau de la croissance.

Cet exemple est une simplification extrême afin d´illustrer ce qui a été dit plus haut.

 

Les perspectives pour cette année 2014 ainsi que les années suivantes?

2014, en méfiance et optimisme.

Pour 2014, je pense qu'il faudra rester prudent et voir si ce pacte est à la hauteur de ses espérances. Coup de bluff pour certains (Moody's annonçant la France en "perspectives négatives") ou discours qui tient la route (Fitch qui maintient les perspectives du pays à "stable") pour d´autres, je reste quant à moi sceptique.

L'idée est intéressante, mais les économies que devraient faire l'état pour compenser le prix de son pacte ne me semblent pas réalisables, au vu de son précédent bilan. Le déficit de l’Etat est de 74,9 milliards d’euros en Décembre 2013, soit 2,7 milliards d’euros de plus que prévu.

Je vois donc mal comment l´on pourrait réaliser 30 milliards d'économie d'ici 5 ans, en coupant dans les dépenses de façon radicale comme le gouvernement le voudrait et sans avoir recours à la taxation des ménages qui ont atteint le seuil de tolérance à la taxation.

Si cela se fait, ce sera au prix du sacrifice des institutions publiques avec une baisse des budgets de l´éducation, de l´administration et des aides sociales encore plus importantes.

Or il ne faut pas oublier qu´en approchant 2017, on approche aussi des éléctions présidentielles.

Il est difficilement envisageable d´assister à une baisse toujours plus marquée des dépenses publiques alors que les élections approcheraient. Le gouvernement risquerait de voir sa cote de popularité baisser fortement et compromettrait de ce fait les élections.

Je tablerais plutôt sur une baisse des dépenses publiques plus raisonnable de 10 à 15 milliards dans le meilleur des cas.

Le gouvernement devra alors trouver 15 a 20 milliards ailleurs afin d´afficher de beaux résultats pour le bilan de son quinquennat .

De plus, rien ne garantie que les entreprises joueront le jeu en embauchant plus. Elles pourraient très bien profiter de l´allègement fiscal pour augmenter leurs bénéfices net après impots. La semaine qui arrive va donc etre déterminante et nous apporter de premiers indices sur le futur de la France, de ses travailleurs et de son économie.

 

J´espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre ce qu´était le CICE  ainsi que le Pacte de responsabilité et pourquoi ils sont importants à ce jour.

Pour toute question, n´hésitez pas à me joindre :

Contact : sylvain.loganadin@gmail.com

Twitter :   @Sylvain_Fx

LinkedIn : Sylvain Loganadin

 

 

 
Analyse: France, qui paiera la note de 30 Milliards du pacte de responsabilité ?
Tag(s) : #Analyse

Partager cet article

Repost 0