Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans cet article, je vais traiter d´un sujet d´actualité brulant. On parle de plus en plus de protectionnisme de la part des états, d´un retour à la production locale ou encore de la relance de la compétitivité. 

Ces derniers jours, d´importants changements ont eu lieu sur les marchés financiers avec des transferts de liquidités (argent) importants des pays émergents vers des valeurs refuges, entrainant une véritable crise au sein des pays émergents. On peut donc de semander:

Sommes-nous à un tournant de l´histoire, est-ce le début de la démondialisation ? La crise des émergents amorce-t-elle un tournant dans l´histoire ?

La dévaluation du peso argentin, le signe d´une nouvelle crise d´ampleur mondiale ?

Jeudi 23 Janvier 2014, la banque centrale argentine a décidé de laisser filer le peso argentin, qui a perdu plus de 11% jeudi face au dollar, et 18% en l´espace de 2 jours ! Du jamais vu depuis la crise qu´a subit le pays en 2001. L´Argentine qui fait face à une inflation de 23% sur l´ensemble de l´année 2013, peine à inspirer confiance en sa monnaie.

Preuve en est, les argentins ont perdu confiance en leurs monnaies et préfèrent épargner en dollar. La dévaluation du peso argentin pèse sur les économies de plusieurs pays, notamment l´Espagne qui entretiens d´excellentes relations commerciales avec l´Argentine. 

L´épidémie de la dévaluation, une maladie qui se propage à vitesse grand V.

Dans la semaine du 27 au 31 Janvier, les différentes devises émergentes telles que la roupie indienne, la livre turque, le rouble russe ou encore le rand sud-africain ont elles aussi perdues de leurs valeurs. Les banques centrales en panique, ont donc du relever leurs taux directeurs en urgence, comme c´était le cas pour la livre turque dont la banque centrale a relevé ses taux de refi hebdomadaire (taux de refinancement) de 4,4% à 10% et au jour le jour de 7,75% à 12%. Cette intervention applaudit par les marchés financiers et décriée par le gouvernement témoigne de la fébrilité des devises émergentes dans un contexte économique changeant.

Pourquoi tant d´agitation ?

L´élément déclencheur de ce transfert de liquidités est la baisse du plan de soutien à l´économie de la part de la FED. En effet, cette dernière fixe son rythme de rachat d´actifs à 65 milliards par mois contre 75 précédemment. Cette baisse du QE3 si attendue par les marchés, a pour effet un déplacement massif de capitaux des marchés émergents vers des placements plus surs, notamment sur le dollar et les valeurs technologiques comme Facebook, Twitter ou Microsoft. L´aversion au risque (explication en bas de page) fait son grand retour.

En 2008, la Fédéral Reserve américaine a décidé de soutenir l´économie en injectant massivement des liquidités au travers de son plan de quantitative easing (Définition et explication de ce terme ici). Les investisseurs bénéficiant de ces liquidités ont en donc profité pour investir en masse dans les économies des pays émergents, offrant des rendements plus élevé.

Un pour tous et tous pour soi ?

Aujourd´hui, l´économie américaine montre des signes de reprise de croissance, d´amélioration de l´emploi ainsi que de bonnes perspectives de croissance à venir. La FED prévoit donc de réduire son soutient à l´économie, sans se soucier de l´impact négatif que cela puisse avoir sur les devises émergentes. Cette attitude, jugée égoïste par les représentants des pays émergents, soulève une montée d´indignation et d´incompréhensions.

La déflation qui guette l´Europe mobilise les différents acteurs européens, et force ces derniers à relancer l´offre et la demande intérieure. 

Que ce soit....

La France qui décide de baisser les charges de ses entreprises afin de regagner en compétitivité et qui amorce une politique protectionniste comme nous avons pu le voir lors de l´intervention du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg lors de la cérémonie des vœux de la fédération française des Télécoms.

Ce dernier a littéralement déclaré la guerre aux géants internet étrangers et souhaite protéger les Télécoms "Made in France" en favorisant les accords entre les différents opérateurs français. 

Ou encore....

la croissance renaissante au Royaume-Unis, la volonté du premier ministre britannique David Cameron d´attirer les investisseurs outre manche ainsi que l´Allemagne, reine de l´exportation et moteur de la croissance européenne qui défend vaillamment son excédent commercial en maintenant un euro fort, nous confirment l´hypothèse d´un début de démondialisation et d´une politique du chacun pour soi. L´accélération des politiques protectionnistes des pays industrialisés se faisant de plus en plus sentir, de nouvelles tensions apparaissent.

L´indignation et les craintes naissantes chez les émergents:

 Le gouverneur de la banque centrale indienne Raghuram Rajan s´est exprimé au sujet de la politique économique des États-Unis. Il insistait sur le fait que les pays émergents ont soutenu la croissance mondiale lors de la crise des subprimes de 2008, qui a touchée l´Europe et les États-Unis, et qu´il était inconvenant de se débarrasser, et de ne plus se soucier de ces derniers lorsque tout va bien, en laissant ces derniers couler sans remords.

La FED n´a pas réagit aux commentaires de Raghuram Rajan et compte poursuivre sa politique monétaire actuelle en continuant la baisse progressive de son assouplissement quantitatif.

Vers une nouvelle crise mondiale ?

Si les pays industrialisés décident de ne plus se soucier du sort des pays émergents, alors oui, on court tout droit à la catastrophe. Il est impensable de penser que notre sort n´est pas lié à celui des émergents, et que nous pouvons nous passer d´eux du jour au lendemain. Dans un monde ou les économies sont interdépendantes, la chute d´un pays peut entrainer par effet domino la chute de plusieurs économies et remonter jusqu´à notre vieille Europe.

Il y aura certainement des ajustements à faire de la part des banques centrales des pays émergents qui devront se calquer sur la FED et la BCE afin de maintenir la stabilité économique de leurs pays. L´inflation trop importante galopante chez les pays émergents constitue un véritable frein au développement de ces pays.

Il en manque en Europe, et il y en a trop de l´autre coté du globe, peut être peuvent-ils nous en donner un peu ?

Si c´était si simple...

J´espère vous avoir un peu plus éclairé sur ce sujet d´actualité qui nous concerne tous, et me tiens à votre entière disposition pour échanger.

Pour toute question, n´hésitez pas à me joindre :

Contact : sylvain.loganadin@gmail.com
Twitter :   @Sylvain_Fx
LinkedIn : Sylvain Loganadin

 

 

 

 

 

Analyse : démondialisation, chute des devises émergentes, court-on vers une nouvelle crise économique mondiale ?
Tag(s) : #Analyse

Partager cet article

Repost 0