Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualité: Pourquoi le deal Bouygues - SFR est une catastrophe

 

"Si on revient à trois, on est plus fort que si on subsiste à quatre".

C´est sur cette déclaration aussi candide que pleine de bonnes intentions qu´Arnaud Montebourg fit part de sa préférence pour l´offre de rachat de SFR par Bouygues (Numéricable est aussi en jeux).

Il précise tout de même que son choix se portera sur l´offre favorisant le patriotisme économique et la préservation de l´emploi.

Mais peut-on vraiment croire à une préservation de l´emploi autant chez SFR que chez Bouygues quand on sait qu´il existe beaucoup de doublons dans plusieurs départements et postes au sein de ces deux entreprises ?

Le bon sens nous dirait que non.

Non ce n´est pas logique de préserver le double d´effectif, simplement par pur philanthropie.

Il y aura très certainement une baisse des effectifs à un moment ou à un autre, si ce n´est pas aujourd’hui ou demain, ce sera tout simplement le jour d´après.

Quel sera le résultat de la fusion SFR-Bouygues ?

Le mutant SFR-Bouygues Telecom sera coté en bourse, dont L´IPO devrait permettre à Vivendi (maison mère de SFR) de profiter de ses 46% de détention de titres. Bouygues jouira quand à elle de 49% du capital de la nouvelle entité. Rappelons que l´offre de Bouygues pour le rachat de SFR s´élève au total à plus de 14,5 milliards.

Et Iliad dans tout ca ?

La maison mère de Free n´est pas en reste sur ce deal. En effet, en cas de rachat de SFR, Bouygues s´engage à céder à Iliad son portefeuille de fréquences 2G, 3G et 4G, ainsi que du réseau de téléphonie mobile de Bouygues pour un montant 1,8 milliard d´euros.

Ce qui permettrait à Free de définitivement gagner son autonomie et en qualité de réseau, et lui permettrait d´arrêter de passer par celui d´Orange et de payer des frais pour l´utilisation du réseau de ce dernier.

Tout le monde semble donc gagnant dans cette affaire... tout le monde, excepté le consommateur!

Moins de concurrence, c´est automatiquement moins d´opportunités pour le consommateur de voir des opérateurs se battre pour fournir au client le meilleur rapport qualité prix sur les différentes gammes de produits proposées. La guerre des prix touche à sa fin.

L´exemple autrichien en est la preuve. Le pays qui a vu naitre le dramaturge Stefan Zweig à enregistré une hausse de plus de 18% en un an des prix, suite à une réduction du nombre d´opérateurs à 3 ténors contre 4 précédemment.

Tout le monde semble donc se réjouir de cette fusion-acquisition, ainsi que de l´IPO qui en découlera. Aujourd´hui, Iliad s´est même attribué un nouveau plus haut historique en bourse et clôture la séance du 10 Mars à +11,14%. Bouygues à +8,66% et Orange à +4,30%.

Tout le monde... sauf Numericable !

Et oui, pour qu´il y ai un gagnant, il faut bien un perdant, et ce dernier pourrait être Numericable qui finit à -12,38%. Gros coup dur pour ce dernier, qui espère toujours être en course pour le rachat de SFR.

Ce nouveau feuilleton des télécoms, qu´on annonce comme majeur car il contribue à une véritable refonte du paysage des télécoms française, risque d´être animé. La guerre des prix qui était une véritable bénédiction pour les consommateurs risque de toucher à sa fin.

Dans cette histoire, il y aura des gagnants (Iliad, Bouygues, SFR et Orange) et des perdants (Numéricable et les salariés susceptible d´être licencié).

Mais n´oublions pas le principal perdant de l´histoire, qui est pour moi au final, le consommateur.

Sylvain.

Contact: sylvain.loganadin@gmail.com

Twitter: @Sylvain_Fx

LinkedIn: Sylvain Loganadin

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0